SAMIVEL 1930. Un carton d’invitation à la soirée de gala de la section des Pyrénées centrales du CAF.

Samivel. Carton d’invitation à la soirée de gala de la section des Pyrénées centrales du CAF, 1930. Recto.
Samivel. Carton d’invitation à la soirée de gala de la section des Pyrénées centrales du CAF, 1930. Intérieur.
Samivel. Carton d’invitation à la soirée de gala de la section des Pyrénées centrales du CAF, 1930. Verso

Henry Russell -Souvenirs d’un Montagnard, 1888.

Henry Russell -Souvenirs d’un Montagnard, 1888. Reliure pleine toile éditeur.
Henry Russell -Souvenirs d’un Montagnard, 1888. Ex-libris de Paul Helbronner

Henry RUSSELL-KILLOUGH

Souvenirs d’un montagnard

par le Cte Henry Russell, Membre des Sociétés Géographique et Géologique de France, des Clubs Alpins de France et d’Angleterre, Membre honoraire de la Société des Études du Comminges, Membre titulaire de la Société Géographique de Toulouse, Auteur de « Seize mille lieues à travers l’Asie et l’Océanie ». Mirabilis In Altis Dominus…… Cinq francs

[Labarère, II, N° 1360.]

Cet exemplaire de ce texte mythique du Pyrénéisme, mis dans le commerce en 1888, possède un ex-libris non moins remarquable, celui de Paul Helbronner (1871-1938), alpiniste, géodésiste et topographe très connu pour ses magnifiques et spectaculaires panoramas du Mont-Blanc et du Pelvoux. Il possède aussi le cachet de la bibliothèque du Dr Thierry, sis à Étampes, mais dont la famille exerçait à Cauterets, ainsi que le timbre d’un certain Henri Verdoux, originaire de Toulouse.

Le texte de Henry Russell reste encore à ce jour l’un des plus beaux et des plus fins récits d’ascensionnisme pyrénéiste. Le lien avec Paul Helbronner, dont les panoramas grandioses et, d’une certaine manière, élégants, nous plonge dans un univers où, chez une certaine frange de pratiquants de la montagne, la mentalité sportive n’avait pas envahi ce domaine avec son culte de la performance et de l’utilitaire, mais dont l’esprit relevait d’une démarche naturaliste à la croisée de la poésie, d’un esthétisme forcené et de l’esprit scientifique dans ce qu’il a de plus gratuit et de plus émerveillé.

Irons-nous sur la Lune?

Fontenelle – Irons-nous sur la Lune?. 1962, Typographie Pierre Gaudin.Une très belle plaquette sous couverture rempliée en très belle reproduction du ciel nocturne, avec un beau bois en frontispice de Pierre Gaudin, et tirée sur papier à la main du Moulin Richard-de-Bas (Puy-de-Dôme) sous les auspices de Marius Péraudeau (1906-1992), propriétaire et animateur du moulin à papier susnommé.

Fontenelle – Irons-nous sur la Lune?. 1962, Typographie Pierre Gaudin.

Regards vers l’Annapurna (1951), un envoi de Louis Lachenal.

Belle émotion en ouvrant un exemplaire signé par Louis Lachenal du Regards vers l’Annapurna (1951), ouvrage qui a précédé le grand récit de Maurice Herzog, Annapurna, premier 8000. Louis Lachenal était vraiment un beau personnage, autant qu’un grimpeur de génie, profondément humain et intègre, ce qui fut moins le cas de son compagnon de premier 8000.

Christophe Cornelius, le dédicataire, fut lui même un autre de ces beaux personnages de montagne, pyrénéen celui-là, guide de haute montagne passé par Jeunesse & Montagne, le GDJ de Jean Arlaud et le Groupe Pyrénéiste de Haute Montagne, un humble praticien des sommets des Pyrénées et un personnage, au fur et à mesure qu’on apprend à le connaître, fort intéressant et plutôt sympathique.